À propos de Legs4Africa

Legs4Africa, en collaboration avec les cliniques partenaires et le personnel de soutien en Afrique, s’efforce de fournir un moyen de vie indépendant aux amputés.

Nous collectons et recyclons les composants des membres prothétiques, provenant d’hôpitaux britanniques et de donateurs privés , pour l’adaptation et l’ajustement par des techniciens formés dans les hôpitaux partenaires en Afrique.

Nous croyons que chaque amputé dans les sociétés à faible revenu doit être pris en compte et que l’amputation des jambes ne doit pas entraîner l’immobilité et l’isolement.

Nous travaillons à la construction de systèmes et d’infrastructures fiables pour fournir de l’équipement, de la réadaptation et un soutien continu aux amputés.

Nous soutenons l’autonomisation des amputés à travers l’Afrique afin qu’ils puissent dissiper les stigmates actuels en prouvant que le handicap n’équivaut pas à l’incapacité.

«Une jambe prothétique a une formidable capacité à changer une vie. Cela donne à un amputé une chance de se lever, de marcher à nouveau et de retourner au travail. » Tom Williams (fondateur de Legs4Africa)

Vision de Legs4Africa

Notre vision

La vision de Legs4Africa est celle d’une Afrique qui se soucie suffisamment et pourvoit à ses amputés.

Notre mission

La mission de Legs4Africa est d’améliorer la qualité de vie des amputés en Afrique en leur donnant les ressources dont ils ont besoin.

Nos objectifs

a) le progrès de la santé et / ou le soulagement de la souffrance humaine.

b) le soulagement des personnes dans le besoin, en raison de mauvaise santé et / ou handicap et / ou difficultés financières par la fourniture de membres prothétiques et d’autres équipements de mobilité (qui sont collectés au Royaume-Uni et qui devraient autrement être éliminés en vertu du droit de l’UE) aux personnes ayant besoin de membres prothétiques en Afrique qui ne peuvent pas se permettre, ou autrement n’ont pas accès à, de tels soins de santé.

L’Organisation mondiale de la santé déclare que seulement 1 personne sur 10 ayant un handicap physique dans le monde en développement a accès à la technologie d’assistance .